bourane, programme navette Bourane, buran, energia, navette spatiale, URSS, fusée energia, lanceur energia, mriya, polious, buran, poliyus, energya, maks, bor-4, bor-5, bor-6, energia-bourane, fusée soviétique, navette spatiale, Буран, Энергия, plans, sovietique, navette russe, URSSbourane, programme navette Bourane, buran, energia, navette spatiale, URSS, fusée energia, lanceur energia, mriya, polious, buran, poliyus, energya, maks, bor-4, bor-5, bor-6, energia-bourane, fusée soviétique, navette spatiale, Буран, Энергия, plans, sovietique, navette russe, URSS


Partager
                                                         
Cette page a été traduite automatiquement,
elle comporte sûrement des erreurs.
Version originale ici.

Des problèmes sur le pas de tir conduisent au report du lancement de la première mission de la navette soviétique.

AVANCE : le premier lancement de la navette spatiale soviétique a été fait avorter aujourd'hui, 51 secondes avant le lancement programmé, quand une plate-forme d'évacuation d'urgence a manqué de se séparer du corps de fusée et des détecteurs informatiques ferme le lancement, l'agence de presse soviétique officielle que Tass a signalée.

Le premier lancement de la navette spatiale soviétique a été fait avorter aujourd'hui, 51 secondes avant le lancement programmé, quand une plate-forme d'évacuation d'urgence a manqué de se séparer du corps de fusée et des détecteurs informatiques ferme le lancement, l'agence de presse soviétique officielle que Tass a signalée.

La mission automatique a été remise à plus tard indéfiniment, Tass a dit.

"Seulement après que la cause du mauvais fonctionnement est trouvée, la préparation pour le lancement sera commencée de nouveau," Tass a cité Maj. Général V. Gudilin de la Force aérienne soviétique comme la narration des journalistes soviétiques s'est réuni dans Kazakhstan. "Je crois qu'il est trop premier pour répéter quand ce sera fait."

"La période nécessaire pour cela sera à peine une longue," a-t-il ajouté. "Nous évaluons un système complètement nouvel et très compliqué et nous devons être préparés à de telles situations."

La navette soviétique, appelée Buran (le mot russe pour le blizzard), a été montrée sur les nouvelles de télévision du soir chaque nuit la semaine dernière.

Le lancement programmé d'aujourd'hui aurait été le deuxième essai connu de la fusée d'Energiya de 2,000 tonnes. La fusée a été dévoilée dans une épreuve grandement réussie en mai de 1987 et, avec 170 millions de cheval-vapeur de poussée, est la fusée la plus puissante dans le monde.

À la suite du compte à rebours fait avorter, les techniciens soviétiques devront enlever plus de 1,000 tonnes de combustible, en incluant 150 tonnes chacun d'oxygène hydrogène et liquide liquide superrafraîchi, extrêmement versatile de l'Energiya, Tass a dit.

Si le lancement d'une navette spatiale américaine avait été remis dans les circonstances semblables, 51 secondes avant que le lancement, le retard serait au moins 48 heures pour tenir compte du déchargement de combustible, la conduction des chèques de systèmes et du fait de ravitailler.

L'ajournement du lancement était aujourd'hui clairement un désappointement aux fonctionnaires spatiaux soviétiques. L'ajournement a fourni le troisième moment malaisé au programme spatial extrêmement visible et extrêmement réussi de l'Union soviétique.

En septembre le programme de launchings complété à la station orbitale Mir gravitante en orbite, grandement contrôlée par les militaires et le programme rival d'exploration automatique dirigée par l'Institut de Recherche Spatial civil les deux revers subis.

D'abord un engin spatial Soyuz transportant des astronautes de Mir a manqué d'accomplir un tir crucial de décélérer des fusées et a passé{dépensé} un jour supplémentaire dans l'espace avant le fait de poser bien.

Alors l'Institut de Recherche Spatial a vanté Phobos 1 sonde, s'est dirigé vers Mars, a commencé à tourner sans objet et impuissamment dans l'espace à cause des ordres de terre impropres.

Les citoyens soviétiques semblent peu préoccupés du succès de la mission de navette automatique, bien que le programme spatial soit une source de grande fierté ici, comme montré par l'énorme statue de Moscou du premier humain dans l'espace, Yuri Gagarin.

Pendant que les millions d'américains ont été paralysés par le lancement de la Découverte de navette spatiale il y a quatre semaines, les citoyens soviétiques ont semblé satisfaits, mais à peine captivé par le développement de leur propre navette.

Enfin, quand ils ont entendu les nouvelles de l'ajournement incertain aujourd'hui, les tas de citoyens soviétiques et étrangers ont appelé la chaîne de télévision nationale soviétique et ont demandé ce qui était arrivé. Aux premiers jours du programme spatial, beaucoup de problèmes, en incluant quelques accidents fatals, étaient régulièrement refusés du public.

Le correspondant de nouvelles du soir pour le programme que "Vremya" a remarqué comme il a montré le film de la fusée et de la navette sur le bloc se lançant, "Ici vous pouvez voir - rien n'est arrivé avec Energiya et rien avec Buran." Le rapport a indiqué que les deux véhicules resteraient sur le bloc jusqu'à ce que le problème ait été découvert.

La navette soviétique a été dévoilée seulement il y a quelques semaines. Son but reste grandement peu évident, bien que vendredi les Soviets, en présentant le général qui contrôle le programme, Aleksandr A. Maksimov, aient en fait confirmé que presque tous les experts Occidentaux ont cru : que le programme de navette soit une opération militaire.

Nicholas Johnson, un scientifique à l'Ingénierie de Marron Teledyne qui suit des développement spatiaux soviétiques, a dit vendredi dans une interview des Printemps de Colorado : "nous avons utilisé le nôtre de la réparation de satellites chers, mais ils n'ont pas de satellites chers pour réparer. Quand ils échouent ils les remplacent juste."

Pendant qu'il est largement supposé qu'Energiya et la navette peuvent finalement transporter d'énormes composantes prérassemblées dans l'espace, il n'est pas clair qu'ils feront pour maintenant. "Nous ne savons{connaissons} pas certainement que les Soviets ont en vue pour cela," a dit M. Johnson. "Nous ne sommes pas tout à fait certains que les Soviets savent{connaissent} qu'ils ont en vue pour cela."

Le Buran et une autre navette, Ptichka (pour peu d'oiseau) sont des quasi jumeaux des navettes américaines et travaillent des principes grandement semblables. Bien que cette mission soit automatique, Buran peut porter bien 10 personnes.

Par la FELICITY BARRINGER, SPÉCIAL NEW YORK TIMES


Version originale du texte


Platform Problem Aborts Launching of First Soviet Shuttle Mission

LEAD: The first launching of the Soviet space shuttle was aborted today, 51 seconds before the scheduled liftoff, when an emergency evacuation platform failed to separate from the rocket body and computer sensors shut down the launching, the official Soviet press agency Tass reported.

The first launching of the Soviet space shuttle was aborted today, 51 seconds before the scheduled liftoff, when an emergency evacuation platform failed to separate from the rocket body and computer sensors shut down the launching, the official Soviet press agency Tass reported.

The unmanned mission has been put off indefinitely, Tass said.

''Only after the cause of the malfunction is found, preparation for the launch will be started anew,'' Tass quoted Maj. Gen. V. Gudilin of the Soviet Air Force as telling Soviet journalists assembled in Kazakhstan. ''I think it is too early to tell when this will be done.''

''The period of time needed for this will hardly be a long one,'' he added. ''We are testing an utterly new and very elaborate system, and we must be prepared for such situations.''

The Soviet shuttle, named Buran (the Russian word for snowstorm), was shown on the evening television news every night last week.

Today's scheduled launching would have been the second known trial of the 2,000-ton Energiya rocket. The rocket was unveiled in a largely successful test in May 1987 and, with 170 million horsepower of thrust, is the most powerful rocket in the world.

As a result of the aborted countdown, Soviet technicians will have to remove more than 1,000 tons of fuel, including 150 tons each of supercooled, extremely volatile liquid hydrogen and liquid oxygen from the Energiya, Tass said.

If the launching of an American space shuttle had been postponed under similar circumstances, 51 seconds before liftoff, the delay would be at least 48 hours to allow for unloading of fuel, conducting systems checks and refueling.

The postponement of the launching today was clearly a disappointment to Soviet space officials. The postponement provided the third awkward moment for the Soviet Union's highly visible and highly successful space program.

In September the program of manned launchings to the orbiting Mir space station, largely controlled by the military, and the rival program of unmanned exploration run by the civilian Space Research Institute both suffered setbacks.

First a Soyuz spacecraft shuttling astronauts from Mir failed to complete a crucial firing of decelerating rockets and spent an extra day in space before landing safely.

Then the Space Research Institute's vaunted Phobos 1 probe, headed for Mars, began spinning aimlessly and powerlessly in space because of improper ground commands.

Soviet citizens seem little preoccupied with the success of the unmanned shuttle mission, although the space program is a source of great pride here, as shown by Moscow's huge statue of the first human in space, Yuri Gagarin.

While millions of Americans were transfixed by the launching of the space shuttle Discovery four weeks ago, Soviet citizens seemed pleased but hardly enthralled by the development of their own shuttle.

Still, when they heard the news of the indefinite postponement today, scores of Soviet and foreign citizens called the Soviet national television network and asked what had happened. In the early days of the space program, many problems, including some fatal accidents, were routinely withheld from the public.

The evening news correspondent for the program ''Vremya'' commented as he showed film of the rocket and shuttle on the launching pad, ''Here you can see - nothing has happened with Energiya and nothing with Buran.'' The report indicated the two vehicles would remain on the pad until the problem was discovered.

The Soviet shuttle was unveiled only a few weeks ago. Its purpose remains largely unclear, although on Friday the Soviets, by presenting the general who controls the program, Aleksandr A. Maksimov, in effect confirmed what almost all Western experts believed: that the shuttle program was a military operation.

Nicholas Johnson, a scientist at Teledyne Brown Engineering who follows Soviet space developments, said Friday in an interview from Colorado Springs: ''We've used ours for the repair of expensive satellites, but they don't have expensive satellites to repair. When they fail they just replace them.''

While it is widely assumed that Energiya and the shuttle can eventually ferry huge preassembled components into space, it is not clear what they will do for now. ''We certainly don't know what the Soviets have in mind for it,'' Mr. Johnson said. ''We're not perfectly certain the Soviets know what they have in mind for it.''

The Buran and another shuttle, Ptichka (for little bird) are near-twins of the American shuttles and work on largely similar principles. Though this mission is unmanned, Buran can carry as many as 10 people.

By FELICITY BARRINGER, SPECIAL TO THE NEW YORK TIMES