bourane, programme navette Bourane, buran, energia, navette spatiale, URSS, fusée energia, lanceur energia, mriya, polious, buran, poliyus, energya, maks, bor-4, bor-5, bor-6, energia-bourane, fusée soviétique, navette spatiale, Буран, Энергия, plans, sovietique, navette russe, URSSbourane, programme navette Bourane, buran, energia, navette spatiale, URSS, fusée energia, lanceur energia, mriya, polious, buran, poliyus, energya, maks, bor-4, bor-5, bor-6, energia-bourane, fusée soviétique, navette spatiale, Буран, Энергия, plans, sovietique, navette russe, URSS


Partager
                                                         

Interview d'Igor Petrovitch Volk

bourane, programme navette Bourane, buran, energia, navette spatiale, URSS, fusée energia, lanceur energia, mriya, polious, buran, poliyus, energya, maks, bor-4, bor-5, bor-6, energia-bourane, fusée soviétique, navette spatiale, Буран, Энергия, plans, sovietique, navette russe, URSS

Pourquoi vous-avez décidé de devenir pilote d'essai ?

Je n'ai pas vraiment cherché à devenir pilote d'essai, cela s'est fait par hasard. Dans les années 50 je ne savais qu'il existait «l'école des pilotes d'essais» ou «l'Institut de Recherche en Vol» [LITs - ndt], à cette époque je faisais mon service militaire dans la division de défense aérienne de Bakou. Un jour le groupe des pilotes d'essai est venu sur la base, ils participaient aux essais du Mig-21 dans des conditions de fortes températures au Turkménistan [nom d'une ancienne République de l'URSS - ndt]. J'ai alors rencontré l'instructeur de cette école de pilotes d'essais - Michail Agafonov. C'est lui qui m'a parlé de cette école et qu'ensuite il était possible d'entrer à « l'Institut de Recherche en Vol » pour devenir pilote d'essai. Voilà comment m'est venu l'idée.


Qu’avez-vous aimé le plus: voler en avion ou dans l'espace ?

Bien sûr qu'il est plus intéressant de voler sur des avions. Bien qu'aller dans l'espace est un évenement extraordinaire, exceptionnel et très cognitif, mais on ne peut pas le comparer avec le plaisir et l'impression qu'on a de piloter un avion.


Quelles impressions cela vous fait de voir Bourane dans un musée, après toutes ces années ?

J’ai des sentiments contradictoires. Parce que d’un coté je vois que les Allemands l'on réparée, nettoyée, restaurée, placée sur un sol de marbre et on peut dire que cet avion a eu une grande chance. Mais d'un autre coté, naturellement, je regrette qu’elle ne soit pas installée là où elle a été testée. Mais aujourd'hui personne ne s'inquiète plus de notre industrie aérienne dans notre pays. Si elle était restée ici elle serait devenu un tas de métal, et ce serait pire.


Pensez-vous que la Russie va développer une nouvelle navette spatiale ?

Il me semble qu’il est impossible de créer une nouvelle navette spatiale en Russie. Je ne sais pas si le président Medvedev est plus expérimenté dans ce domaine, cependant l'industrie aérienne s'efface de plus en plus. Il ne nous reste pas beaucoup de temps pour la sauver. Et si l'industrie aérienne disparaît, ce sera au tour de l'industrie spatiale peu après. Mais ce n'est pas si dramatique que ça car le marché du tourisme spatial se développe, pour ceux qui aiment l'argent. Cependant le niveau technologique se réduit de manière catastrophique dans notre pays.


Cette année c'est l'anniversaire des 40 ans de la mission Apollo 11, que faisiez-vous pendant cette nuit du 20 juillet 1969 ?

Je ne me rappel pas ce que je faisait durant cette nuit. Mais bien sûr c'est un exploit pour toute l'humanité. Il ne faut pas s'arrêter au fait que ce sont les Américains qui y sont allés, c'est un évenement sur le plan universel. N'importe quelle personne qui comprend quelque chose à la technique peut-être fier de ça.


Merci Igor Volk.

Interview réalisée le mercredi 19 Août 2009 à Moscou.